Fin de la belle aventure

Actualité publiée le 10 mai 2016

Victoire des juniors à Niort

Juniors M18, 1/2 de finale du championnat de France Balandrade :

Stade Poitevin – Mauléon

Dimanche 8 mai, à Cadaujac (33), temps orageux, terrain assez bon, vent fort de travers.

 

Stade Poitevin – Mauléon : 6 - 28

Stade Poitevin : 2 pénalités de Dorian Reymond (3’, 7’).

1 carton jaune, Nathan Pineau (40’)

Mauléon : 4 essais (9’, 64’, 68’, 69’), 4 transformations.

 

Composition de l’équipe :

1- Victor Andrieu (puis Hugo Blanc) 2- Matthieu Kurdian (cap) 3- Paul Couturier 4- Guillaume Cazette  5- Tom Bergeon (puis Corentin Gitenay) 6- Quentin Papuchon  (puis Clément Guicharnaud) 7- Thomas Barrons (puis Valère Martinat) 8- Jimy Buch 9- Hugo Verduzier  (puis Alexandre Busson) 10- Nathan Pineau 11- Paul Thompson-Wells 12- Florian Barret 13- Jack Paine  14- Pierre Brémaud (puis William Martinez) 15- Dorian Reymond (puis Alexandre Delange).

 

Les espoirs ou les rêves de titre se sont envolés avec le vent de Cadaujac ou ont été enterrés sous les coups de boutoirs de la belle équipe de Mauléon qui a bien mérité de jouer la finale face aux Bretons de Vannes. Les Poitevins sont loin d’avoir démérité, bien au contraire. Ils ont fait jeu égal pendant plus d’une heure, ne cédant qu’à la 64ème minute. Jouant alors leur vatout dans les 5 dernières minutes, ils ont encaissé deux essais qui ruinèrent leurs derniers espoirs.

Tout avait commencé pour le mieux pour les joueurs du duo Praud Naintré qui marquèrent les premiers dans cette demie finale sur 2 pénalités de l’arrière Dorian Reymond dès les 3e et 7e minute. Les Basques répliquèrent aussitôt par un essai après une percée de leur centre en plein milieu de terrain, un endroit où habituellement Nathan Pineau, Florian Barret et Jack Paine régnaient habituellement en maître. Après ça s’ensuivit une lutte acharnée des deux paquets d’avants, une lutte intense où les hommes forts se rendaient coup pour coup. Même à 14 après le carton jaune de Nathan Pineau les blancs ne cédaient pas. Malheureusement, l’heure de jeu leur fut fatale et après l’essai encaissé à la 64ème  les Poitevins redoublèrent d’efforts intenses pour essayer de recoller au score mais se firent prendre en contre. Ils quittent la compétition la tête haute, battus par une excellente équipe. Une seule défaite dans la saison, cette demi-finale.

Personne ne les attendait à ce niveau de compétition. Equipe formidable, collectif abouti et superbe défense. Les joueurs méritent le respect. Bravo.

 

Les hommes de la demie :

  1. Victor Andrieu : le tracteur, il part, on s’accroche. Paraît que sa tarte au citron meringuée est excellente…
  2. Matthieu Kurdian : le chirurgien, le meilleur lanceur toutes catégories. Futur talonneur en 1.
  3.  Paul Couturier : attention, client indestructible ! façonné, bichonné par son coach.
  4. Guillaume Cazette : machine de guerre, monstrueux volume de jeu, le désosseur…
  5. Tom Bergeon : le taiseux, combattant de la mine.
  6. Quentin Papuchon : le guerrier, il met la tête partout où personne n’y mettrait un orteil.
  7. Thomas Barrons : 1er anglais qui n’est pas besogneux ! aérien, la plus belle progression.
  8. Jimy Buch : leader de jeu, la plaque tournante, capitaine de touche.
  9. Hugo Verduzier : le gestionnaire, attention talent.
  10. Nathan Pineau : il voit tout avant tout le monde, fait briller ses centres, infranchissable en défense, pied sensible.
  11. Paul Thompson-Wells : anglais exilé à l’aile où il fait briller ses jambes de feu et sa puissance.
  12. Florian Barret : l’anarchiste artiste, défenseur hors pair, jeu au pied de talent, le gratte-cul du coach.
  13. Jack Paine : encore un anglais ? oui, mais celui-là on l’adore, défense infatigable et le meilleur au strip-tease !
  14. Pierre Brémaud : le malin, il a fait sa place tout au long de la saison avec patience… et talent.
  15. Dorian Reymond : le lutin buteur, du talent et de la bonne humeur. Des appuis de feu et un courage énorme, même face aux gros.
  16. Hugo Blanc : tranquille, solide, silencieux. Comme les aime Patrick, son coach.
  17. Valère Martinat : l’étudiant, la force tranquille, franchisseur, coureur, joueur.
  18. Corentin Gitenay : le cerveau, enfin, il paraît…
  19. Clément Guicharnaud : l’omniprésent, sur toutes les feuilles de match, même dans les autres équipes. Les joueurs adorent le lancer en touche.
  20. Alexandre Busson : le révolté, le disjoncteur, le vrai demi de mêlée. Attention, explosif.
  21. Alexandre Delange : le pied ! le meilleur buteur. Polyvalent des lignes arrières.
  22. William Martinez : le clandestin, revenu du diable vauvert, enfin de Brive en passant par La Rochelle.

Les capitaines absents pour cause de genou dans la boîte à gants :

Emilien Puygrenier : Machine trop vite blessée mais quelle présence toute la saison ! devenu préparateur mental d’avant match. Attention au retour du guerrier, ça va faire mal.

Josian Imbola : énorme de talent, l’ancienne starlette internationale s’est muée en capitaine exemplaire. Avec 2 vrais genoux il emmenait son groupe en finale.

Petite pensée envers les autres joueurs qui n’étaient pas sur la feuille de match mais qui ont participé à la saison : Rémi Allix, Louis André, Hugo Duviquet, Saba Dzigua, Arthur Lavergne, Hugo Loussot, Pablo Maréchal, Simon Rivière et Maxime Sémery.

Les coachs :

Patrick Naintré : le pilier du groupe, l’homme de base, la mémoire, le cœur, le sang noir et blanc et faiseur de piliers.

Sébastien Praud : le cerveau, gros talent pour former un collectif et préparer un beau jeu de ligne. Cœur sensible derrière une carapace de fer. Attention, il peut se transformer en psychopathe serial killer quand ses joueurs se relâchent un peu trop à l’entraînement.

L’admi :

Philippe Puygrenier : papa poule rocker rideur buveur de pur malt, le meilleur au téléphone pour ses joueurs, le meilleur pour les docs de début de saison, le meilleur attacheur de lacets de n°12. Les juniors perdent gros, les seniors gagnent du lourd…

Vincent Guicharnaud : le grand vizir qui sera calife à la place du calife Phiphi. Attention, cerveau.

Votre serviteur : j’ai vu arriver tous ces petits bonshommes au club les uns après les autres. Avec quelques vieux joueurs nous les avons accompagnés dans leurs premiers pas sur la pelouse, nous les avons guidés, avons essuyé quelques gouttes de sueur, de sang ou de larmes, de joie après les victoires ou de tristesse après les défaites. Nous les avons vus grandir et se transformer. C’est à vous de jouer maintenant sur le terrain de la vie. J’espère que vous deviendrez d’aussi belles personnes que vous êtes de bons joueurs formant une p……. de belle équipe !

Bon vent les petits poulets. Que la force soit avec vous.

Allez le stade.

Nous suivre sur les réseaux sociaux
Nous suivre sur les réseaux sociaux Nous suivre sur les réseaux sociaux
Région Nouvelle Aquitaine Conseil General de la Vienne Grand Poitiers Exterion Média CNDS Ville de Poitiers ROOFTOP Poitiers Mercier Richard terrassements BOUCHERIE NORMAND Le BISTRO 'N Villas et demeures de france Crédit Agricole de la Touraine et du Poitou Le Comptoir du Sud Ouest Julie BEGUIER CO-COTES EN PAPIER Architecte d'Intérieur DUAU ENTREPRISES Menuiserie - Charpentes - Escaliers - Couverture EURL Stéphane BREMAUD FITNESS Boutique Le Dilletante - Restaurant Brasserie ENERTEK POITOU RAYONNAGES 2PI Plâtrerie - Isolation Plaisirs fermiers Agentis Ancelin Citeos Anthony BAILLARGEON Agent Général d'assurance Thelem ASSURISK Casa Giovanni CAFPI POITIERS Prêts Immobiliers Benoît LOTTET Le bon Saint Eloi Le jardin des fleurs SAGEM Blastrac Diamatic YD CUISINES ADC FAYAT GROUP PEREIRA 100 % MOTOS Domino's Pizza AGO PNEUS Les cigales Boucherie Foucher Sorégies Bonilait Proteines EDEN PARK vitalis Vigne et Terroir Le Saint Jacques Opcalia Regie solaire JD Repro SPP MHV Futuroscope Aux Mille Couleurs FINK Chez Jean-Mi Martinez Espaces Verts Wallaby's Pub SEDEMA Secury Car La Vallée des singes Atelier 3D Net Avenue Espace des nations Société Générale Idefixe spie Espace des nations ISS FACILITY SERVICES Intersport Intermarché Foncia Crédit Mutuel Bovis Cofely Ineo Mutuelle de Poitiers Assurances Vitalis Voyages Bertrand